Episode 4 : je te touche, tu me touches

maxresdefault

! Attention, certains propos peuvent heurter la sensibilité des lecteurs !

Je vous sens un peu déroutés par ce que vous avez appris dans les épisodes précédents … Car tous les êtres vivants que l’on vient de voir font des petits … presque sans se toucher ! L’empire de la timidité quoi … Or vous, quand vous pensez sexe, vous pensez rapport sexuel bien sûr. Mais vous voyez, ce n’est pas la règle générale : la plupart des organismes vivants se contentent d’avoir des gamètes (ovules ou spermatozoïdes) et un orifice de sortie pour les lâcher directement dans l’environnement, au petit bonheur la chance, pourvu qu’ils se rencontrent ! C’est ce qu’on appelle la fécondation externe. Pour passer de la fécondation externe à la fécondation interne (c’est à dire mettre ses gamètes dans l’un des deux partenaires pour que l’embryon se développe à l’intérieur de lui), il n’y a qu’une chose à faire : se rapprocher. Voici les premiers pas de quelques espèces pour tenter une approche …

Fais-moi dans la bouche !

Chez certains poissons, les œufs ne sont pas complètement laissés à l’abandon. Au début mâle et femelle libèrent respectivement spermatozoïdes et œufs dans l’eau, jusque là on connaît le principe. Mais après la fécondation, monsieur gobe le tout ! Non pour se nourrir, (au contraire, il va passer plusieurs jours à plusieurs mois sans s’alimenter), mais pour protéger ses petits œufs d’éventuels dangers. Le jour de l’éclosion, y’a plus qu’à faire un grand « AAAAAAAAAH ! » et OUST ! Tout le monde dehors. Et si par malheur les bébés tout juste nés ne se sentent pas encore en sécurité, papa n’est jamais loin et n’a qu’à rouvrir la bouche pour les abriter à nouveau, le temps qu’ils se rassurent.

Capture d’écran 2017-06-30 à 22.02.27

L’un de ces papas-poissons un peu papa-poule sur les bords, le cardinal de Banggai, va même jusqu’à se faire pondre directement dans la bouche par madame (c’est plus … direct) ! Et une fois les petits cardinal (cardinaux ?) prêts à sortir, il ne se résoudra pas tout à fait à se défaire de sa responsabilité parentale et les confiera à une nounou oursin.

En mâle d’être mère

Les hippocampes sont des poissons sans écailles, mais pas sans originalité ! Plutôt que de lâcher les gamètes à même le courant marin, pourquoi ne pas se mettre ventre contre ventre, et les confier à l’un des deux partenaires ? Et c’est ce qu’ils ont fait, madame pondant directement dans « l’utérus » de monsieur. Celui-ci va alors directement les féconder en lâchant ses spermatozoïdes dans sa poche, et du même coup tomber « enceint ». Le développement des petits dure deux à trois semaines, et le jour venu, l’accouchement de papa peut durer plusieurs jours.

Capture d’écran 2017-06-30 à 22.05.31

Avoir ses enfants dans la peau !

Les crapauds du Suriname sont des amphibiens tout plats. Pendant l’accouplement, (qui, au passage, dure 12 heures), le mâle s’agrippe au dos de la femelle. Celle-ci émet des œufs, le mâle les féconde puis à l’aide de ses pattes il les  insère directement … dans le dos de maman crapaud ! La mère garde alors ses œufs dans les creux de la peau de son dos. Les petits s’y développent, éclosent et « naissent » lorsqu’ils ont atteint environ 2 cm et qu’ils ont déjà de petites pattes qui dépassent du dos de maman. De là à accuser monsieur crapaud de lui avoir fait des enfants dans le dos, il n’y a qu’un pas …

Capture d’écran 2017-06-30 à 22.04.06Capture d’écran 2017-06-30 à 22.04.49

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus